top of page
  • Photo du rédacteurAimer Sa Vie

La vie relationnelle à l’école…


« Maman, papa, je ne veux pas aller à l’école ! » La maman d’Amélie est inquiète du changement de comportement de sa fille. Amélie est anxieuse, stressée, a des troubles du sommeil, une grande fatigue, des problèmes de concentration, pleure souvent, et ne veut plus aller à l’école.

Comment gérer le rejet de l’école et aider nos enfants à mieux vivre leur scolarité ?

Vous pouvez essayer de comprendre ce qui bloque votre enfant en lui posant des questions de curiosité et reformuler ses propos jusqu’à ce qu’il mette des mots sur les situations précises sources de stress et de souffrance.

  • Que s’est-il passé ?

  • A ton avis, qu’est-ce qui provoque cette situation ?

  • Quelle pourrait être la solution ?

Amélie se sent délaissée par ses ami(e)s. La situation a commencé l’année passée et s’accentue. Prenant souvent leur origine dans des difficultés relationnelles, les conflits peuvent aller du malentendu aux jeux qui dérivent, aux rumeurs, moqueries, exclusion, intimidation ou humiliation, harcèlement...

Quand un enfant traverse un épisode douloureux (ici, de stress relationnel) la première règle est d’accueillir ses émotions, sans chercher à le rassurer ou à lui redonner le sourire.

Deuxième règle : Ne pas définir le problème à sa place

En tant que parent, nous avons tendance à ressentir la souffrance de nos enfants de manière intense, sans distance, cela risque de nous amener à définir à leur place le problème – qui du même coup devient plus le problème des parents que celui de l’enfant…

  • Quel est le problème, pour toi ?

  • Qu’est-ce qui te fait le plus mal dans cette situation ?

  • Est-ce que tu attends quelque chose de moi ?

Troisième règle : L’encourager à faire face

Pour soutenir votre enfant et le responsabiliser, dites-lui : « Je ne peux pas faire en sorte qu’elle soit de nouveau ta copine, et je comprends que ce soit très dur pour toi. Veux-tu venir dans mes bras ? ». Exprimer ses émotions et ses besoins, mettre des mots sur sa « souffrance » sont la base d’une action réparatrice.

Et si cela ne suffit pas, si la blessure est « trop grande » ou si vous vous sentez démuni(e) l’aide d’une professionnelle peut s’avérer utile.

Karine Mal propose de donner des ressources pour agir sur la qualité des relations. - Comment se positionner dans une relation, - Connaître les émotions et besoins qui nous animent, - La méthode de L’écharpe de Jacques Salomé, - La Communication non violente… Tous ces outils au service de l’amélioration et de l’épanouissement de la vie relationnelle.




75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page